-->

hualihza

Un an et demi de vélo sur les routes d’Amérique centrale et d’Amérique du sud

16-06-2008

Jour 13: Salina Cruz - Juchitan (78 km)

La tempete s'appelle Arthur, c'est la saison des pluies, c'est un classique. La douche sur quelques jours et le reste de l'annee du beau et du chaud. Il n'empeche que tous les journaux en parlent avec son lot de degradations materielles et de pueblos martyrs qui reclament des indemnisations.

Quant a moi, je n'ai pas le choix. Salina Cruz ne presente pas un interet incroyable et la meteo n'annoncant pas d'amelioration, je decide de m'elancer ce matin en esperant passer entre les averses difficiles et en me disant qu'en s'eloignant de la cote, ce serait moins humide.

Ca c'etait le bon scenario, la realite en decide parfois autrement.

Je sors de Salina Cruz dans des conditions epouvantables. Mes difficiles efforts pour secher ce qui pouvait l'etre ces derniers jours, sont reduits a neant en 5 km et je sors de la ville trempe.

La sortie de Salina cruz s'etire sur une large route jusque Santo Domingo Tehuantepec. Je rentre dans ce qu'ils appelent ici "l'Istmo" (L'Isthme).

La route est un cimetiere de grenouilles et de crapauds. De chaque cote de la route, le paysage est detrempé. Le ciel est bas. En prenant la direction de Juchitan et apres une vingtaine de kilometres, la route est barree. Un rio a deborde et impossibilite totale de passer...Debut de la grande aventure de la journee.

Une deviation meme en voiture peut s'averer complexe mais en velo, avec un rajout de kilometres qui peut etre fatal, au Mexique ou la deviation est loin d'etre bien indiquee, il va falloir jouer serre.

Mais bon, le type qui gere la deviation me dit a gauche, de rejoindre l'autoroute, c'est facile. Ok, je suis. Il pleut toujours autant et me voila au milieu de nulle part. Je suis dans un paysage de marais avec quelques maisons ca et la, et beaucoup de pauvrete. Et puis, la direction que je prend, me semble bifurquer nettement de mon orientation Nord Sud et je decide de redemander mon chemin.

Je tombe sur un paysan qui m'indique encore une route annexe le long d'un rio. Il me dit qu'en suivant le rio, je retrouverai la route de Juchitan. Est il bien sur de lui? Il me sourit, moi positif, je me dis que ca doit etre un bon raccourci de paysan qui s'y connait. Je decide de donner suite a ses recommandations.

Ca commence formidablement. Il fait gris mais je suis dans un paysage entre le Vietnam avec des champs humides encercles de palmiers et des vaches typees asiatiques. Ca fait penser aussi a la briere, le marais avec les echassiers et sa flore particuliere. Et puis certains arbres me font penser a l'Afrique.

Je suis a la decouverte, perdu mais dans un ecrin. J'en demande pas plus jusqu'au moment ou je commence a trouver le temps long et la route devient de moins en moins bonne. Je tombe par hasard (il n'y a pas grand monde par ici) sur une vieille femme. Je lui explique la deviation et comment je suis arrive jusqu'ici. Elle me dit qu'elle sait pour la route. Elle l'a entendu a la radio. Elle me dit aussi, en souriant, que la route  un peu plus loin, se transforme en chemin mais que c'est possible de passer par la. Sinon, elle me recommande vivement de rebrousser chemin et tourner a un endroit avant de reprendre la et la. Bon, je comprend pas bien. Elle a un accent de fou. Je decide de poursuivre. Ca m'est difficile aussi moralement parlant, de rebrousser chemin.

Elle avait raison, je vais bientot faire du cross et sur des kilometres. Mais qui est ce type sous la pluie, sur un chemin au milieu de rien?

J'ai le moral, ne stresse pas du tout sur les circonstances et me laisse aller a la poesie du moment comme lors d'une sortie a velo. Poesie au lieu du stress, tiens...On change.

J'arrive finalement a un embranchement avec une route asphaltee. Je prend a gauche au lieu d'aller a droite. Une chance sur deux...Perdu, je fais quelques kilometres avant de me rendre compte de mon erreur. Je prend en sens inverse. La route est plus facile, je suis vraiment a la campagne et passe entre les troupeaux de vaches avec le velo. Elles ne se derangent pas pour moi, j'avais dans l'idee que les cornes de mon guidon les auraient inpire mais il n'en est rien.

Et puis a une intersection, un rio traverse la route, il a deborde. Certaines voitures font demi tour. Certains passent et manquent de recouvrir le capot en avancant et la attention a ne pas noyer le moteur.

Je dois passer, c'est le seul moyen pour moi. Je me lance, c'est beaucoup plus haut que je pensais et surtout il y a du courant. L'eau arrive quasiment a mi roue. En pedalant, le pied est sous l'eau. Le bas de mes sacoches est sous l'eau mais elles sont etanches. Au plus fort du courant, l'equilibre est difficile a maintenir et j'imagine une fraction de seconde tomber...L'eau charriant le velo, les sacoches...le passeport. Je ne tomberais pas.

Apres 20 kilometres, je suis a Juchitan, de l'autre cote de la deviation. Ca a marche! Enfin, j'ai fait une boucle de 55 km au lieu de 25...

Je m'arrete manger dans un boui-boui et m'abrite des trombes d'eau. Je mange en discutant avec la famille du puesto. La radio m'est incomprehensible. C'est du "zapoteco", une langue locale. La pluie ne s'arrete pas et je demande combien il y a de kms jusque "La Ventosa", la ville etape que je me suis fixe ce matin. Ils me disent 15 km mais j'apprend aussi que ce n'est rien de plus qu'un carrefour et la-bas, pas d'hotel. Il me faudra rester sur Juchitan pour ce soir.

J'entre dans la ville au plus fort de la pluie. Les personnes s'abritant sous les porches, hallucinent en me voyant. Je trouve une posada (hotel economique) pas chere et me decrasse avant de sortir boire un verre.

En demandant a la jeunesse locale, un bar sympathique, je tilte sur "la creperie". Il doit y a voir du breton la dessous... Gagne, le drapeau est en evidence a l'entree, le breton s'appelle Mikael et s'est installe depuis 6 ans, marie a une mexicaine du pueblo.

Je terminerai tard la soiree, invite par les serveurs de la creperie a la boite de nuit haute en couleurs de Juchitan.

P6060655

P6060661

P6060662

P6060668

P6060669

P6060671

Posté par jrihani à 23:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    El coche

    No puedo creer que te atreviste a entrar en medio de ese rio, no te acuerdas la anecdota con mi madre en su coche???

    En dos segundos paso todo. No subestimes el poder de la naturaleza.

    Cuidate mucho,

    Besototes mamor

    Posté par corazon, 17-06-2008 à 00:15
  • salinacruz

    http://salinacruzhotel.com/
    Posada Santa Rita

    En el Puerto de Salina Cruz

    El Hotel ofrece espaciosas y comodas habitaciones

    localizado cerca del centro de salina cruz y lejos del trafico
    Posada Santa Rita te invita a que conozcas sus 7 habitaciones equipadas

    con aire acondicionado, camas matrimoniales, tv con cable, baño privado,

    intenet wi- fi,Estacionamiento.
    http://salinacruzhotel.com/
    Posada Santa Rita is located in the Port of Salina cruz, Oaxaca. For your rest and comfort

    the hotel offers its spacious and nice guest rooms and facilities.

    is located 10 blocks from the Center of Salina Cruz

    Posada Santa Rita invites you to know its 7 pretty and spacious rooms.

    They are equipped with double beds, air conditioning, radio , bathroom ,

    ceiling fan, coffee maker, cable/satellite, WI-FI Internet access,and telephone.

    Posté par salina, 13-11-2010 à 08:24

Poster un commentaire